Blog » Méga projets énergétiques en Algérie

Méga projets énergétiques en Algérie


Il y a plusieurs nouveautés sur le front énergétique en l’Algérie ces dernières années.
 
D’abord, la compagnie énergétique nationale algérienne Sonatrach et la compagnie pétrolière italienne Saipem ont signé un accord pour mettre fin à leurs querelles juridiques sur quatre projets gaziers, ouvrant la voie à de nouveaux projets.
 
Le groupe Dodsal, basé à Dubaï, a reçu un projet de 1,1 milliard de dollars US du producteur d'énergie national Algérien Sonatrach pour construire une nouvelle usine de séparation de gaz et d'huile. Sonatrach a attribué un contrat d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC) à Dodsal pour la construction d'un centre de séparation et de compression sur le terrain de HGA-Hassi Messaoud. Dodsal commencera à travailler sur l'usine sous peu et terminera en 2020. Une fois terminée, l'usine produira environ 66 000 barils de pétrole par jour.
 

Le gouvernement Algérien a annoncé le lancement de trois nouveaux projets de production d'électricité dans la ville de Biskra d'ici à 2023. « Biskra deviendra à l'horizon 2023 un pôle de production d'électricité à la faveur de trois nouveaux projets géants qui y sont projetés. Outre la centrale de la commune d'Oumèche qui produira 400 mégawatts, une nouvelle centrale d'une capacité de 1 400 mégawatts sera érigée d'ici à 2020 et une troisième d'une même capacité vers 2023. Ces trois centrales feront de Biskra le plus important pôle de production d'énergie électrique dans le pays », a déclaré le PDG du groupe Sonelgaz, Mohamed Argab.

 
Les Chinois entendent mettre des moyens considérables. La société chinoise, Sinohydro Corporation Limited vient de remporter le marché de la réalisation en EPC (Engineering, Procurement & Construction) d’une Station Photovoltaïque gérée conjointement par Sonatrach et l’italien ENI.
 
Le géant français de l'énergie Engie (ex-GDF-Suez), filiale de Suez, a signé un protocole d'accord dans le secteur des énergies renouvelables avec le groupe public pétrolier Algérien Sonatrach. "Il s'agit d'un accord de coopération et de partage des compétences dans trois domaines d'intérêt commun", a expliqué à l'AFP Bruno Bensasson, directeur Afrique d'Engie. Ces domaines sont la "solarisation" (utilisation de l'énergie solaire) des stations de compression des gazoducs, la valorisation des gaz torchés (brûlés lors de l'extraction du pétrole et du gaz) et l'efficacité énergétique des processus industriels (tels que production ou liquéfaction de gaz par exemple). Engie a conclu des contrats GNL à long terme avec Sonatrach représentant 8,5 milliards de m3 par an, selon le groupe, ainsi qu'un contrat à long terme pour de la fourniture de gaz par conduite via Medgas, représentant 1 milliard de m3 par an. Il a également notamment signé un accord de partage de production de gaz avec Sonatrach pour la région de Touat, située dans le sud-ouest du pays, dans le Sahara Algérien.
 
Énergie renouvelable.
En 2017 l’Algérie est classée juste 18e en Afrique en termes de capacité installée en énergies renouvelables. Par contre, c’est l’Éthiopie qui arrive en tête du classement des pays Africains ayant la plus grande capacité installée d’énergies renouvelables en 2017, selon un rapport publié par l’Agence internationale des énergies  renouvelables (Irena).
 

La Compagnie de l'engineering de l'électricité et du gaz (CEEG), filiale du groupe Sonelgaz, a présenté à Washington le projet solaire photovoltaïque de l'Algérie de 4.050 MW, lors d'un forum international consacré au développement de l'investissement dans le secteur énergétique en Afrique. Les coentreprises devront assurer des prestations de services entrant dans la chaîne de production d'électricité solaire et de la commercialisation des produits fabriqués. Le projet de centrale solaire d’une capacité de 4,5 gigawatts (GW) s’étendra sur une superficie de 25.000 hectares. Le projet doit générer 20.000 postes en trois étapes. Le projet permettra d’alimenter, une fois pleinement opérationnel, plus de 5 millions de foyers, ou 7 millions de véhicules électriques à travers l’Europe. Pourtant,  le méga-appel d’offres solaire Algérien a été reporté à plusieurs reprises en 2017. Mourad Louadah (FCE), avait prédit l’échec de ce projet pour la production de 4050 MW d’électricité en énergie solaire car surdimensionné. Il estime aujourd’hui que Noureddine Boutarfa n’étant plus en poste, faut « l’oublier » et aller vers des projets de taille modeste de 500 MW. «Nous n’avons pas d’expérience dans le lancement de projets aussi importants. Il nous faudra dépenser entre 4 et 5 milliards de dollars et attendre trois ans pour commencer à produire, or en trois ans, les technologies du voltaïque auront évolué ». Ce gros projet Algérien risque donc d’être remplacé par les projets de plus petite taille.
 
Opteam est votre partenaire dans les projets énergétiques en Algérie. Contactez-nous pour une assistance technique ou une formation en management de projet, soit en France (+33 (0)1 39 20 97 77), soit en Algérie (213) 21 98 52 22.

Sources:
 
1. https://afrique.latribune.fr/entreprises/industrie/energie-environnement/2017-11-21/algerie-biskra-futur-pole-de-production-d-electricite-a-l-horizon-2023-758721.html
2. http://www.huffpostmaghreb.com/2017/03/10/le-mega-projet-solaire-de-lalgerie-presente-a-washington-_n_15279470.html
http://www.lemondedelenergie.com/energies-renouvelables-algerie/2017/09/29/
3. http://www.algerieinfos-saoudi.com/2017/07/le-mega-projet-de-4000-mw-d-electricite-solaire-a-t-il-ete-abandonne.html
4. http://www.lepoint.fr/economie/algerie-protocole-d-accord-de-cooperation-engie-sonatrach-dans-les-energies-renouvelables-07-02-2018-2193171_28.php




Alex Gor

Alex Gor accompagne les entreprises du numérique (logiciel, internet, applications mobiles) et pharmaceutiques dans leur stratégie organisationnelle, les actions de marketing et le management de produit. Il est un titulaire de deux masters - MBA en stratégie numérique et Master en relations internationales. Il possède 13 années d'expérience dans le développement et la mise en œuvre de stratégies B2C et B2B, dont 3 ans dans une société matricielle. Alex a géré une startup pendant 5 ans et dirigé une équipe de 7 personnes. Il a réussi à gérer des budgets de portefeuille de produits 8M, des équipes internationales et à bâtir des relations fructueuses avec des influenceurs.
 
 
 
 
 
|    Vues: 358





COMMENTAIRES


Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter!




COMMENTER CET ARTICLE


Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez remplir les champs nom d'utilisateur et nom

Nom*
 
Votre Email*
   
Commenter*
 
Identifiant*
 
Site web
M'inscrire en tant que membre de ce site*
Veuillez recopier le code: